Du 28 au 29 février, le président turc, Recep Tayyip Erdogan a effectué une visite officielle en Côte d’Ivoire. La toute première du genre depuis 1998, année à laquelle les deux pays entretiennent des relations internationales. Cette visite en Afrique de l’ouest (puisqu’il se rendra au Ghana, Nigéria et en Guinée Conakry) a eu des retombées plutôt satisfaisante en Côte d’Ivoire.

La visite du président Turc en Côte d’Ivoire restera sans doute graver dans la mémoire des ivoiriens. Et le président Erdogan n’est pas venu en simple villégiature sur les bords de la lagune ébrié. La présence du numéro un turc en Côte d’Ivoire a été une aubaine pour discuter sur des projets importants pour les ivoiriens. Il y a de grands projets en perspectives. Ce qui est donc pourvoyeur d’emploi. Des échanges avec le président Ouattara, la République turc entend apporter son aide dans la réalisation de projets. Notamment l’autoroute reliant les deux villes portuaires (Ndrl : Abidjan et San-Pédro). Du reste c’est ce qu’a annoncé le président ivoirien, Alassane Ouattara, à l’occasion de la conférence de presse conjointe qu’il a animée avec son homologue turc. Mais avant, Alassane Ouattara s’est félicité de la bonne relation qui existe entre les deux pays et surtout des accords et engagements qui ont été pris. « Je me réjouis plus particulièrement de l’accord sur la non double imposition et de la lutte contre l’évasion fiscale, de l’accord sur la promotion et de protection réciproque des investissements car ceci permettra de consolider le code juridique et le développement des affaires entre nos deux pays. Je souhaite que les investisseurs turcs soient encore plus présents en Côte d’Ivoire notamment dans le domaine des infrastructures, de l’énergie de la sécurité de l’agriculture, de l’agro industrie et bien d’autres domaines pour raffermir les liens entre la Turquie et la Côte d’Ivoire ». « La rencontre nous permettra d’examiner les projets que nous voulons faire pour le développement. Nous avons la construction de l’autoroute Abidjan-San-Pedro long de 370 Km, l’exploitation minière, que ce soit l’or, le manganèse ou d’autres minerais, la transformation en Côte d’Ivoire de nos produits agricoles (le cacao, la noix de cajou), la construction de logements sociaux, l’aménagement et le développement des zones industrielles, la construction d’un centre des congrès, d’un centre des conférences internationales et bien d’autres projets dont nous venons de parler » a précisé le président Ouattara. Tout en justifiant l’entêtement du gouvernement ivoirien à réaliser ces projets. « Si nous mettons l’accent sur tous ces projets et cet investissement, c’est parce que nous sommes conscients que la question de trouver des solutions au chômage des jeunes est une priorité dans notre pays. Ces projets permettent de créer un meilleur environnement mais surtout à créer des emplois pour les jeunes et femmes. Donc je me réjouis des engagements qui ont été pris ».