En Côte d’Ivoire, «  l’attiéké  » est une nourriture solide fait à base de semoule de manioc cuite. Beaucoup prisé au pays, l’attiéké sera désormais une marque déposée à en croire la décision arrêtée au Conseil des Ministres d’hier mercredi 03 Août 2016.

Bien de pays dans le monde vendent de l’attiéké de Côte d’Ivoire. Tandis que certains viennent en Côte d’Ivoire se le procurer en vue de l’exporter, d’autres comme la Chine même, s’efforce de le produire pour le commercialiser dix fois plus cher que le réel prix de revenu ivoirien.

Au regard du droit de propriété de l’attiéké qui semble lui échapper, le gouvernement ivoirien a  décidé de protéger d’abord, l’appellation “attiéké” même, afin de se prémunir de la concurrence étrangère croissante, a annoncé M. Bruno Koné, porte-parole du gouvernement, ce mercredi 03 Août dernier, après le Conseil des Ministres.

Les regards tournés vers le Ministre de l’Industrie, le gouvernement lui a demandé “de prendre les dispositions nécessaires pour assurer la protection juridique internationale de (l’)appellation ‘attiéké’ ainsi que du mode de production de cette denrée”, a déclaré M. Bruno Koné. Il s’agit donc de créer “une marque internationale de produits et de services”, a précisé le porte-parole.

Le Burkina-Faso, le Bénin, le Mali, la France, l’Angleterre, la Chine, les Etats-Unis, etc. reçoivent en quantité suffisante l’attiéké ivoirien.attieke-ciEn raison de sa notoriété, la production de cette denrée tend à se développer de façon importante hors de la Côte d’Ivoire et tend a être commercialisée sous la même appellation par des pays qui utilisent une partie seulement du processus de mise en oeuvre”, a expliqué M. Koné.

Si la Côte d’Ivoire prend son envol à côté du café et du cacao avec l’attiéké, il faudra être reconnaissant dans la petite mesure au moins au candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2015, le Député Kouadio Konan Bertin dit « KKB » qui en a fait son cheval de bataille sur le plan économique.

 

Source: Afrique sur 7