Le comité d’experts qui a rédigé l’avant-projet de Constitution en Côte d’Ivoire a présenté pour la première fois le texte à la presse samedi.

Le professeur Ouraga Obou à la tête du comité accompagné du ministre de la justice a expliqué longuement les choix contenus dans cet avant-projet.

Le professeur a précisé d’entrée que “la rédaction d’une Constitution était un exercice difficile. Il n’a rien à voir avec la théorie enseignée dans les amphithéâtres aux étudiants,” a-t-il souligné. 

Conditions d’éligibilité

Sur les conditions d’éligibilité à la présidence de la République, le professeur Ouraga Obou a clarifie le terme “ivoirien d’origine”. Pour lui, il ne s’agit pas d’une notion floue, qui pourrait prêter à confusion et faire réapparaitre le spectre de l’ivoirité. Il estime que c’est bien une notion juridique présente dans le code de nationalité.

L’avant-projet de Constitution crée un poste de vice-président. Sur les attributions du vice-président, le texte prévoit que celui-ci supplée le président de la République quand ce dernier est hors du territoire. 

Le reste de ses pouvoirs lui sont délégués par le chef de l’Etat lui-même qui pourrait aussi ne rien lui déléguer. Pour Ouraga Abou ce poste n’a rien d’une coquille vide.

L’avant-projet sera discuté en plénière à l’Assemblée nationale mardi prochain avant d’être soumis à référendum s’il est adopté en plénière.