Suite au communiqué de presse de l’organisation Amnesty international publié, le 11 février 2019, et qui fait état de certaines préoccupations liées à la situation des Droits de l’homme en Côte d’Ivoire, le gouvernement ivoirien, à travers le ministère en charge des Droits de l’Homme, a réfuté ces allégations, le 12 février à Abidjan.