Si certains y trouvent le moyen de régler leurs comptes, d’autres, loin des émotions, y voient une aubaine pour le football ivoirien de franchir un cap. Dans tous les cas, les parkings sont partagés.

L’Association des anciens joueurs dominée par le groupe des champions d’Afrique de Sénégal 1992 a tranché net. Elle affiche son soutien au candidat du bureau sortant, Sory Diabaté. Un parrainage obtenu à coup de couteaux, en l’absence du président Alain Gouaméné retenu en France à cause de la situation liée au Covid-19.

Officiellement, ils ont formulé plusieurs griefs contre Didier Drogba, un des leurs, lui aussi candidat à ce même poste électif. Ils reprochent, notamment à la star mondiale du football de n’être pas venue les voir afin qu’ils portent sa candidature. Didier Drogba, bien que devenu ancien footballeur, comme eux, n’a participé à aucune de leurs réunions, etc. Ils ont donc choisi tout. Sauf Didier Drogba. Une attitude que certains justifient par le fait que plusieurs joueurs de cette génération (entre 1980-2002) ont été intégrés récemment à la Direction technique nationale (Dtn).

Du coup, ces « grands frères » qui n’avaient pas toujours bénéficié de l’attention et broyaient du noir se sont vu embarqués dans le même bateau que le bureau sortant de la Fif. Il n’y avait pas que des champions d’Afrique de Sénégal 1992 ; une partie de la génération dorée (2003-2014) comme Zokora Didier, Kéita Kader, ont été associés au projet. Et voilà qu’au moment où l’opinion, confuse, s’interroge, la génération qui a fait rêver le continent et dont une partie a remporté la Can 2015, en Guinée équatoriale sort de son silence pour booster la candidature de Didier Drogba.

Yaya Touré, son grand frère Kolo, le portier Copa Barry ont pris à contre-pied tous ceux qui tentaient de dévier le débat sur des terrains à risques, comme la politique ou la fibre ethnico-religieuse. Pour eux, Didier Drogba est une autre dimension. « Il peut apporter beaucoup à notre football. Il a un carnet d’adresses immense. Ce garçon est capable de décanter n’importe quelle situation. Je ne dis pas que les autres sont incapables, mais Didier est l’homme qu’il faut. En tout cas, que ce soit Copa Barry, Kolo ou moi-même, nous comptons l’accompagner jusqu’au bout », a déclaré Yaya Touré, dans un entretien sur instagram avec l’ex-portier Copa Barry.

Quatre fois élu meilleur joueur africain par la Confédération africaine de football (2011, 2012, 2013 et 2014), le capitaine des Éléphants qui a remporté la Can 2015, en Guinée Équatoriale, n’est pas à court d’arguments : « Cela fait dix ou douze ans que nous avons quitté la Côte d’Ivoire, mais les choses sont toujours pareilles. Et l’idée d’amener Didier là-bas (à la présidence de la Fif) est une très bonne chose. Je veux que tous les joueurs le soutiennent. C’est vrai que les gens ont leur opinion et chacun est libre de penser ce qu’il veut penser. Mais s’ils veulent ce changement (ils doivent le soutenir) », a-t-il conclu.

Avant lui, Kouassi Blaise, Zoro Marc, Emerse Faé, Baky Koné et bien d’autres qui ont fait partie de la génération dorée (mélange d’académiciens de Mimosifcom et de joueurs formés en Europe) se disent enchantés par la candidature de leur ancien capitaine. Eux, qui ont pratiqué Didier Drogba et qui l’ont vu à l’œuvre sur la pelouse et dans les méandres de la planète foot sont convaincus qu’il est l’homme de la situation. Là où la génération 1980-2002 estime que la star de Chelsea qui a pris sa retraite à 40 ans, en 2018, doit encore patienter.

Si l’Association des anciens joueurs conduite par Alain Gouaméné a choisi son camp (à l’issue d’un vote), celle des footballeurs de Côte d’Ivoire (Afi) du président Cyrille Domoraud dont Didier Drogba est président d’honneur n’a pas encore dit son dernier mot. Même si la bataille à ce niveau est rude. Eu égard à la position des ex-coéquipiers comme Didier Zokora.

Espérons qu’ils seront sur le terrain pour battre campagne pour leur candidat, même s’ils ne votent pas.

Par Paul Bagnini