C’était lors de la cérémonie d’inauguration du Centre de production du projet de simplification et de transformation digitale du foncier urbain de Côte d’Ivoire.

« Nous voulons nous féliciter de l’avènement de ce projet extrêmement important pour le citoyen ivoirien. Comme nous l’avons déjà dit, dans la Vision 2030 du Président Alassane Ouattara, le service au citoyen est au cœur de cette politique… La Côte d’Ivoire franchit un pas de nouveau dans son développement, pour rentrer dans l’ère de la modernité, de la technologie et du digital », s’est réjoui Patrick Achi.

Pour le chef du gouvernement, les lenteurs dans l’accès aux informations et aux documents relatifs au foncier urbain, tels que l’Arrêté de Concession Définitive (ACD), le permis de construire ou les problèmes de fiabilisation et de sécurisation, vont être de vieux souvenirs, avec la mise en place du SIGFU. « On aura la possibilité d’accéder à l’évolution de l’information sur le processus d’acquisition d’un titre, dans un court délai. Cela va changer fondamentalement la donne non seulement pour le citoyen, mais également pour l’activité économique », a-t-il insisté.

A terme, selon le Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Nabagné Koné, le #SIGFU servira de socle commun à toutes les administrations foncières, en vue d’un traitement numérique des demandes d’actes administratifs, en particulier l’ACD. L’objectif est d’accroître les capacités actuelles de production de la chaîne foncière à 60 mille #ACD pour la première année ; et le porter à 100 mille ACD pour les prochaines années.

Le projet a été financé par un prêt de 23 millions d’euros du gouvernement français. C’est une initiative du ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme en collaboration avec le ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat.